À propos

Pour votre sécurité, Houtopia a mis en place des mesures sanitaires à consulter ici

La pédagogie de Houtopia, univers de sens

La pédagogie de Houtopia, univers de sens

L'exploration sensorielle

En quoi consiste l’expérience et l’exploration sensorielles ? C’est se concentrer sur nos 5, ces fenêtres qui nous permettent d'appréhender le monde qui nous entoure et prendre conscience de leur constante mobilisation.

Mais amener les enfants à être attentifs à leurs sens est en réalité un moyen pour atteindre une fin : l’épanouissement de l’enfant afin qu’il trouve sa place dans le groupe social. Ce dernier comprend le groupe « famille », le groupe « classe », le groupe « entreprise », et finalement, tous les groupes sociaux qu’il sera amené à rencontrer au cours de sa vie. La démarche s’inscrit alors dans une éducation citoyenne qui s’oriente vers le mieux vivre-ensemble. Concrètement, comment cela se passe-t-il ? L’expérimentation sensorielle et sa conscientisation nous permettent de comprendre notre propre façon de fonctionner. En expérimentant de manière sensorielle, nous sommes attentifs à nos émotions, nos attitudes, ce qui nous permet d’identifier nos forces et nos faiblesses. Par voie de conséquence, nous sommes alors capable d’éviter des réactions impulsives mais également de s’épanouir. S’écouter, faire une introspection de ses réactions et pouvoir identifier et nommer ses sensations et réactions, permet, à long terme de mieux maîtriser les conséquences de nos actes et nourrir le bien-être profond de l’individu, enfant ou adulte, qui se connaît. Comme le dit l’assertion… « Connais-toi toi-même » !

Il s’agit donc d’exercer nos sens, et cette idée n’est pas neuve… Jean-Jacques Rousseau en parlait déjà dans ses écrits !
    « Les premières facultés qui se forment et se perfectionnent en nous sont les sens. Ce sont donc les premières qu’il faudrait cultiver ; ce sont les seules qu’on oublie ou celles qu’on néglige le plus. Exercer les sens n’est pas seulement en faire usage, c’est apprendre à bien juger par eux, c’est apprendre, pour ainsi dire, à sentir ; car nous ne savons ni toucher, ni voir, ni entendre, que comme nous avons appris. » Jean-Jacques Rousseau, Émile ou De l’éducation, 1762, p.200

Exercer nos sens peut également s’entendre comme une éducation à la sensibilité. Autrement dit, c’est l’idée que nos sens produisent « du sens ». Ainsi notre sens de la vue, devient la sensibilité du regard, l’ouïe devient l’écoute, le goût devient la dégustation, l’odorat, l’olfaction, le toucher, le tact. Nos sens ne sont donc pas isolés dans leur existence mais nous permettent d’être en lien avec l’extérieur. Ils nous mettent en contact avec ce qui nous entoure. Et ceci est propre à chacun et chacune, car nos sens ne nous livrent jamais directement une image du monde mais la mettent à l’épreuve. Ce que nous déchiffrons au contact de notre environnement alimente une expérience perceptive du monde. L’utilisation de nos sens structurent notre regard, notre écoute et notre imaginaire – c’est-à-dire notre rapport à nous-mêmes et à autrui.

C’est ce lien à faire avec autrui qui permet de lier l’éducation à la sensibilité avec une éducation à la démocratie.  Pourquoi ? Parce qu’éduquer à la sensibilité vise à reconnaître la réalité des savoirs sensibles et à prendre conscience de l’existence d’une véritable culture des sens, une culture qui s’exerce de multiples façons. Cette multiplicité, sa prise de conscience et son acceptation, c’est ce qui permet la réalisation d’un mieux vivre-ensemble démocratique. La démocratie implique la prise en compte de l’altérité et la pose même en termes d’égalité et de reconnaissance. Les réactions face à une stimulation sensorielle sont différentes d'un individu à l'autre car elles dépendent d'éléments aussi variés que notre vécu ou notre capital génétique. Prendre conscience de cette altérité permet une ouverture aux autres ainsi qu’une possibilité d’aiguiser notre aptitude à la tolérance. Il s’agit, en définitive, de favoriser le mieux vivre-ensemble.

En soi, les goûts de chacun et chacune diffèrent et ce qui importe c’est notre capacité à pouvoir dire d’où nous viennent nos goûts et dégoûts, pourquoi nous aimons ou n’aimons pas. De cette façon, on atteint une des dimensions essentielles de l’éducation à savoir la capacité à penser par soi-même, l’esprit critique, la vigilance et la résistance.

En outre, l’expérience sensorielle a pour avantage de susciter naturellement l’intérêt des petits et des grands. Ce faisant, elle nourrit l’échange intergénérationnel et crée du lien.



Retour à la liste des articles